​​Après des études de danse auprès de Rosella Hightower, elle est remarquée par Eric Vu An qui l’engage au sein du Ballet de l’Opéra d’Avignon où, en tant que soliste, elle aborde le répertoire classique et contemporain.

En 2007, dans le cadre des Hivernales lors du Festival d’Avignon, elle interprète le 1er rôle dans « Swan Lac » d’Andy Degroat.

 

Elle affirme rapidement sa vocation pour la chorégraphie en créant de nombreux ballets d’opéra tels que  Les Saltimbanques à l’Opéra d’Avignon (2007), La Flûte Enchantée à l’Opéra de Monte-Carlo (2008) et à l’Israeli Opéra de Tel Aviv (2011), La Traviata à l’Opéra de Santiago du Chili, de Monte-Carlo, à l’Opéra-Théâtre de Saint-Etienne, au Teatro Carlo Felice de Gênes (2013), à l’Opéra de Lausanne (2015), Manon à l’Opéra de Rome (2010), Eugène Onéguine à l’Opéra de Monte-Carlo (2010), L’Homme de la Mancha (2010) et Carmen (2018) au Capitole de Toulouse, le Ballet des Nonnes de Robert le Diable à Erfurt (Allemagne, 2011), L’Enfant et les Sortilèges à l’Opéra de Monte-Carlo (2012), La Boîte à Joujoux (2012) avec l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo dirigé par Kent Nagano, Duello Amoroso de Haendel à l’Opéra de Monte-Carlo et à l’Opéra de Bordeaux (2014), Guillaume Tell à l’Opéra de Monte-Carlo (2015) et aux Chorégies d’Orange (2019), Les Pêcheurs de Perles (2015) au Korea National Opera Seoul, La Gioconda (2016) à l ‘Opéra de Santiago du Chili, La Chauve-Souris (2016) à l’Opéra de Marseille, Tannhäuser et Adriana Lecouvreur (2017) à l’Opéra de Monte-Carlo, Aïda (2017) à l’Opéra de Shanghai, Samson et Dalila (2018) à l’Opéra de Monte-Carlo.

 

A Paris, elle chorégraphie 2 comédies musicales Sol en Cirque, écrit par Zazie (en 2005 au Bataclan) et Aimé et la Planète des Signes (2007).

Elle est engagée à 3 reprises en tant que chorégraphe invitée à l’Opéra National Roumain de Timisoara en 2008, 2010 et 2016.

 

En 2007, elle créé sa propre compagnie qui se produit dans divers lieux et manifestations culturelles.

Eugénie Andrin  reçoit le prix Défi-jeunes (bourse attribuée aux jeunes créateurs) pour le projet Ondine présenté au Festival d’Avignon 2009, ainsi que l’aide de l’ADAMI en 2013  pour le spectacle PHEDRE, la dernière danse.

En septembre 2014, la compagnie déménage à Antibes.

Résidente de cœur à Anthéa, elle y créé de nombreux spectacles : PHEDRE, la dernière danse, Les Passagers, ISSUE, et s’implante progressivement dans le paysage culturel de la Région.

 

Parallèlement à ces activités, Eugénie Andrin enseigne l’histoire de la danse au Lycée Professionnel des Côteaux (Cannes), dans la section visant à former les costumiers pour le spectacle vivant.

Elle donne aussi des interventions en expression corporelle scénique au sein du FIPAC (Formation Internationale professionnelle Artistes des Chœurs) mis en place par l’Opéra de Monte-Carlo.

En 2019, elle est jury au BAC option danse.

Sollicitée pour des projets d’Education Artistique et Culturelle, Eugénie Andrin travaille en collaboration avec la DAAC au sein du Collège du Rouret en mars 2019 et au Lycée Guillaume Apollinaire à Nice en décembre 2019, pour un projet pédagogique autour de son spectacle ISSUE.

 

En avril 2020, Eugénie Andrin reçoit l’aide du Centre National Cinématographique pour son projet d’expérience virtuelle Entrez dans la danse, créé en collaboration avec la metteure en scène Julie Desmet Weaver.

En juillet 2020, Eugénie Andrin est nommée chevalier de l’ordre des Arts et Lettres.

 

Parmi ses futurs projets : Une résidence au Théâtre de Grasse pour le projet 7 anges au mois de septembre, les reprises de Jeux en Italie et d’ISSUE à l’Autre Scène de Vedène, la création de L’histoire du soldat pour le Ballet de l’Opéra d’Avignon, les chorégraphies de Carmen à l’Opéra de Monte-Carlo et de Samson et Dalila aux Chorégies d’Orange.

E u g é n i e   A n d r i n 

c h o r é g r a p h e